Pancreas

Traitement  cancer du pancréas

Chirurgie

  • La décision de recourir à la chirurgie dépendra de la taille de la tumeur et de l'endroit où elle se trouve.
  • Il ne faut pas opérer les malades dont la tumeur est non résécable ou qui ne tireront pas profit de la résection (stade III et IV)
  • Au cours de l'intervention, on procédera à l'ablation totale de la tumeur et de certains tissus sains environnants.
  • L'intervention sera pratiquée sous anesthésie générale (vous serez endormi) et vous serez hospitalisé durant plusieurs jours après l'opération.
  • Le traitement chirurgical du cancer du pancréas est une intervention majeure, qui entraîne d'importants effets secondaires et qui nécessite plusieurs semaines de convalescence.
  • Il est important de bien soupeser les avantages et risques possibles d'une telle intervention avec votre chirurgien et prendre l'avis de votre médecin traitant.

 

La chirurgie peut permettre de retirer en totalité la tumeur du pancréas  (résection complète RO)

 

Trois types d'intervention sont envisageables pour un cancer du pancréas peu avancé.

 

La DPC , duodéno-pancréatectomie ou opération de Whipple

Ce type d'intervention est pratiqué lorsque la tumeur se trouve dans la partie la plus large du pancréas ( la « tête »).

 

DPC

 

 

 

Le chirurgien retire

  • la tête du pancréas
  • une partie de l'estomac et  le duodénum 
  • le canal cholédoque etla vésicule biliaire
  • les ganglions lymphatique

 

 

 

 

La continuité digestive , biliaire et pancréatique est rétablie avec 3 sutures ( anastomoses )

                                  

                                                                                       

 

La DPC comporte une morbidité importante

 

Cette morbidité est lié au risque de

  • fistule ou infection ( lâchage de la suture pancréatique - digestive )
  • hémorragie post opératoire .
  Il existe un risque de mortalité postopératoire lié aux complications  

 

Une jéjunostomie avec mise en place d'une sonde d'alimentation dans votre intestin peut être réalisé au cas par cas pour mieux vous

alimenter. Plusieurs jours peuvent s'écouler avant que vous soyez capable de recommencer à boire et manger correctement

Les nausées et les vomissements peuvent survenir si l'estomac a du mal à vider (retard de vidange gastrique).

Après la chirurgie, la convalescence est longue.

Vous allez passer 10-15 jours ou plus à l'hôpital, puis récupérer pendant plusieurs semaines à la maison.

 

A noter
  • Après l'ablation partielle ou totale de votre pancréas, il faudra que vous preniez des comprimés afin de remplacer les enzymes qui étaient auparavant fabriquées par votre pancréas.

     

  • Il est possible aussi qu'à la suite de la duodéno-pancréatectomie ( DPC ) vous deveniez diabétique.

 

Le diabète sera contrôle avec des médicaments ou des injections d'insuline.

Vous devrez suivre ce traitement de substitution pour le reste de vos jours

 

 

Pancréatectomie distale

On optera pour cette technique lorsque la tumeur est présente dans d'autres région du pancréas . Le chirurgien prélève la queue du pancréas qui est

touchée, ainsi que la rate.

Cette intervention mois fréquente car le cancer du pancréas distale est souvent diagnostique en retard
 

 

Pancréatectomie totale

Cette forme d'intervention sera choisie si le cancer est présent dans l'ensemble du pancréas.

Le chirurgien enlève alors tout le pancréas, une partie de l'estomac, le duodénum ,le canal cholédoque, la vésicule biliaire, la rate et les ganglions ,

lymphatiques voisins.

Vous devenez diabétique après pancréatectomie totale

Cette intervention est peu fréquente.

 

Chirurgie palliative : dérivation biliaire et gastrique

La chirurgie permettra dans ce cas de soulager les symptômes provoqués par le cancer diagnostiqué en stade avancé (III –IV) quand il ne peut être

entièrement enlevée.
 

La chirurgie palliative consiste à faire
  • dérivation biliaire reliant le cholédoque à l'intestin grêle de manière à permettre le passage de la bile et pallier les symptôme de l'ictère

 

(après échec de la pose d'une endoprothèse par voie endoscopique )

 

 

  •  dérivation digestive reliant l'estomac à l'intestin grêle, de manière à contourner le blocage du duodénum et permettre une alimentation orale