Estomac

Définition

Qu’est ce que le cancer de l’estomac ?

L’estomac est un organe musculaire en forme de sac, logé dans la partie supérieure de l’abdomen. L’estomac fait partie du système digestif, lequel est composé de différents organes dont le rôle est de transformer les aliments en énergie et d’éliminer les déchets de l’organisme.

Absorbés par la bouche, les aliments traversent l’œsophage pour parvenir à l’estomac, où ils sont mélangés à des sucs digestifs (enzymes et acides) sécrétés par les glandes tapissant la paroi de l’estomac. Le mélange semi-solide qui en résulte quitte ensuite l’estomac par une ouverture entourée d’un muscle en forme d’anneau, appelé sphincter pylorique, et pénètre d’abord dans l’intestin grêle puis dans le colôn, où la digestion se termine.

 

La paroi de l’estomac est constituée de quatre couches. Le cancer de l’estomac prend naissance dans les cellules de la couche interne, appelée muqueuse. Il peut graduellement s’étendre aux autres couches de la paroi stomacale.

Les cancers de l’estomac qui naissent dans les tissus lymphatiques (lymphome) ou musculaires (sarcome) de l’estomac, ou encore dans les tissus qui soutiennent les organes du système digestif (tumeur stromale gastro-intestinale) sont moins courants et nécessitent des traitements différents.

 

Les hommes sont plus susceptibles de développer un cancer de l’estomac que les femmes.

Le cancer de l’estomac n’est pas attribuable à une cause unique mais certains facteurs augmentent le risque de développer la maladie :

  • un régime alimentaire riche en sel et en viandes fumées ou salées,
  • un régime alimentaire pauvre en légumes et en fruits,
  • une inflammation ou d’autres problèmes au niveau de l’estomac, tels que :

– gastrite chronique (inflammation prolongée de la paroi stomacale)
– métaplasie intestinale (modification des cellules de la paroi stomacale)
– anémie pernicieuse (maladie du sang qui affecte l’estomac)
– chirurgie antérieure de l’estomac, production d’acide gastrique inférieure à la normale
– une infection causée par la bactérie Helicobacter pylori (H. pylori), fréquemment présente dans l’estomac

– l’âge, en particulier après 50 ans
– le tabagisme
– des antécédents familiaux de cancer de l’estomac
– une exposition professionnelle liée au traitement du caoutchouc et à la fabrication du plomb

Le cancer de l’estomac peut parfois se développer en l’absence de tous ces facteurs de risques. 

Signes et Symptômes

Signes et Symptômes du cancer de l’estomac

Le cancer de l’estomac est souvent asymptomatique durant ses premiers stades.

Le symptôme le plus fréquent est une légère douleur dans l’abdomen, semblable à celle provoquée par une indigestion.

Les autres symptômes du cancer de l’estomac sont notamment les suivants :

  • perte d’appétit
  • brûlures d’estomac
  • indigestion qui ne se résorbe pas
  • nausées et vomissements
  • sensation de ballonnement après avoir mangé
  • selles inhabituelles
  • perte de poids inexpliquée
  • sensation de grande fatigue

D’autres problèmes de santé peuvent causer certains symptômes semblables. Des analyses poussées permettront de poser un diagnostic.

Diagnostic

Diagnostic du cancer de l’estomac

Après vous avoir interrogé sur votre état de santé et vous avoir examiné, votre médecin soupçonnera peut-être la présence d’un cancer de l’estomac.

Pour confirmer son diagnostic, le médecin aura recours à certaines analyses, qui pourront également permettre d’établir le « stade » et le « grade » du cancer. Il se peut que vous ayez à passer un ou plusieurs des tests suivants.

 

Analyses sanguines

À partir d’échantillons de votre sang, on vérifie vos globules rouges afin de voir si vous souffrez d’une anémie (faible numération des globules rouges) en raison des pertes sanguines causées par une tumeur à l’estomac. Les échantillons prélevés permettent également de voir dans quelle mesure vos organes fonctionnent normalement et peuvent indiquer la présence possible d’un cancer.
 

Test de recherche de sang occulte dans les selles

Un petit échantillon de vos selles est analysé en laboratoire pour déceler la présence de sang détectable uniquement au microscope.
 

Technique d’imagerie

Ces techniques permettent de procéder à un examen approfondi des tissus, des organes et des os.

La radiographie, l’échographie, la tomodensitométrie [TDM], l’imagerie par résonance magnétique [IRM] et la scintigraphie osseuse sont autant de moyens pour votre équipe soignante d’obtenir une image de la tumeur et de vérifier si elle s’est étendue. Ces tests sont généralement sans douleur et ne nécessitent aucune anesthésie.
Vous passerez peut-être une série de radiographies de l’œsophage et de l’estomac appelée transit œso-gastro-duodénal (TOGD), ou encore une déglutition ou gorgée barytée. On vous demandera de boire un liquide épais et crayeux appelé baryum, qui enrobera l’intérieur de votre œsophage, de votre estomac et de votre intestin grêle. Le médecin pourra alors mieux voir ces organes sur les radiographies. S’il constate des signes de cancer, le médecin pourra aussi vérifier si la maladie s’est propagée.
 

Gastroscopie

La gastroscopie permet d’examiner l’œsophage et l’estomac à l’aide d’un tube étroit et flexible (gastroscope), muni d’une lumière à son extrémité. Pour procéder à l’examen, le médecin insère le gastroscope dans votre gorge, qui sera probablement insensibilisée au préalable à l’aide d’un anesthésique local. Vous recevrez peut-être aussi un léger sédatif pour vous aider à vous détendre. Vous aurez sans doute mal à la gorge après l’examen, mais il s’agit d’un effet normal qui disparaîtra au bout d’un jour ou deux.
 

Biopsie

Si le médecin remarque quelque chose d’anormal au cours d’une gastroscopie, il pourra prélever plusieurs échantillons de tissus à l’aide de l’endoscope.

L’intervention qui consiste à prélever des cellules de l’organisme afin de les examiner au microscope est une biopsie. Une biopsie est habituellement nécessaire pour établir avec certitude un diagnostic de cancer. Si les cellules sont cancéreuses, il faudra ensuite déterminer leur rapidité à se multiplier.
Si des tissus doivent être prélevés, l’intervention se déroulera peut-être sous anesthésie générale.

 

Examens supplémentaires

Si les épreuves diagnostiquées indiquent que vous avez un cancer de l’estomac, votre médecin voudra peut-être vous faire passer d’autres analyses sanguines et examens d’imagerie, ou peut-être une laparoscopie, pour voir si le cancer s’est étendu. Lors d’une laparoscopie, un tube étroit et souple, muni d’une lumière et d’une caméra à son extrémité, est introduit par une petite incision dans l’abdomen. Après avoir examiné l’abdomen, le médecin pourra prélever plusieurs petits échantillons qui seront envoyés en analyse histologique (biopsie) et retirer quelques ganglions lymphatiques.

 

Stadification

Stadification et classification histologique du cancer de l’estomac

Une fois que le diagnostic de cancer est confirmé et que votre équipe soignante a recueilli toute l’information nécessaire, il faut ensuite déterminer le stade et le grade du cancer.

La stadification du cancer consiste à définir la taille de la tumeur et à vérifier si elle s’est développée au-delà du site où elle a pris naissance.

Cinq stades ont été définis pour le cancer de l’estomac. Une fois que le diagnostic de cancer est confirmé et que votre équipe soignante a recueilli toute l’information nécessaire, il faut ensuite déterminer le stade et le grade du cancer.

La stadification du cancer consiste à définir la taille de la tumeur et à vérifier si elle s’est développée au-delà du site où elle a pris naissance.

Cinq stades ont été définis pour le cancer de l’estomac :

  1. Des cellules cancéreuses sont décelées uniquement dans la couche la plus superficielle de la paroi de l’estomac (muqueuse). Le cancer de stade 0 est également appelé carcinome in situ.
  2. Le cancer s’est propagé de la couche cellulaire la plus superficielle de la muqueuse à la couche suivante (sous muqueuse) et les cellules  cancéreuses ont atteint de 1 à 6 ganglions lymphatiques OU le cancer a gagné la couche musculaire, sans toutefois atteindre les ganglions lymphatiques ou d’autres organes.
  3. Le cancer ne s’est étendu qu’à la sous-muqueuse mais les cellules cancéreuses ont atteint de 7 à 15 ganglions lymphatiques OU le cancer a gagné la couche musculaire (musculeuse) et les cellules cancéreuses ont atteint de 1 à 6 ganglions lymphatiques OU le cancer s’est propagé à la couche extérieure fr l’estomac (séreuse), sans toutfois atteindre les ganglions lymphatiques ou d’autres organes
  4. Le cancer a gagné la couche musculaire et les cellules cancéreuses ont atteint de 7 à 15 ganglions lymphatiques OU le cancer s’est propagé à la couche extérieure de l’estomac et les cellules cancéreuses ont atteint de 1 à 6 ganglions lymphatiques OU le cancer a atteint les organes voisins, sans toutefois atteindre les ganglions lymphatiques ou d’autres organes plus éloignés
  5. Le cancer s’est propagé à plus de 15 ganglions lymphatiques OU le cancer a atteint les organes voisins et au moins 1 ganglion lymphatique OU le cancer a gagné d’autres parties du corps

L’examen au microscope de l’échantillon prélevé lors de la biopsie permet de procéder à la classification histologique (grade) du cancer. Il s’agit alors d’analyser l’apparence et le comportement des cellules cancéreuses par rapport à des cellules normales. La classification histologique du cancer permet à l’équipe soignante d’avoir une idée du développement futur de la tumeur.

On peut déterminer le grade des tumeurs de l’estomac au moyen du système de classification histologique de Lauren. Deux grades sont définis pour le cancer de l’estomac : intestinal ou diffus.

Intestinal

Les cellules cancéreuses ont une apparence et un comportement à peu près semblables à ceux des cellules intestinales.
Leur croissance est plutôt lente.

Diffus

Les cellules cancéreuses ont une apparence et un comportement passablement différents de ceux des cellules normales.
Elles ont tendance à se développer rapidement et à s’étendre aux autres parties de l’estomac ou du corps.
Il est important de connaître le stade et le grade de votre cancer, car c’est ce qui vous aidera, ainsi que votre équipe soignante, à choisir le traitement qui vous convient le mieux.

Traitement

Traitement pour le cancer de l’estomac

Chirurgie

?La décision de recourir à la chirurgie dépendra de la taille de la tumeur et de l’endroit où elle se trouve. Au cours de l’intervention, on procédera à l’ablation totale ou partielle de la tumeur et de certains tissus sains environnants. L’intervention sera pratiquée sous anesthésie générale et vous serez hospitalisé durant plusieurs jours après l’opération.

La chirurgie est le traitement usuel dans les cas de cancer de l’estomac. L’intervention qui consiste à retirer une partie ou la totalité de l’estomac s’appelle une gastrectomie. Le type de gastrectomie pratiqué dépend du stade de développement du cancer et du fait qu’il se soit propagé ou non.

Si le cancer est détecté très tôt, une gastrectomie partielle pourrait être le seul traitement requis. Le chirurgien retire alors uniquement la partie cancéreuse de l’estomac ainsi que les ganglions lymphatiques voisins. Selon l’emplacement de la tumeur, il peut aussi retirer la partie inférieure de l’œsophage ou la partie supérieure de l’intestin grêle. Une chirurgie reconstructive sera pratiquée au même moment pour fixer la partie restante de l’estomac à l’œsophage ou à l’intestin grêle.

Dans l’éventualité d’une gastrectomie totale, le chirurgien procède à l’ablation de l’estomac en entier, des ganglions lymphatiques voisins, d’une partie de l’œsophage, d’une partie de l’intestin grêle et d’autres tissus situés près de la tumeur. La rate peut également être enlevée par la même occasion. Une chirurgie reconstructive sera effectuée durant la même intervention afin de relier l’œsophage à l’intestin grêle.

La chirurgie palliative ne guérit pas le cancer mais peut en atténuer les symptômes. Si la tumeur ne peut être enlevée et qu’elle bloque l’œsophage, il est possible d’installer un tube creux (endoprothèse) dans l’œsophage pour le maintenir ouvert. Il vous sera ainsi plus facile de manger et d’avaler. Si une tumeur inopérable bloque le passage des aliments de l’estomac à l’intestin grêle, le chirurgien peut créer un nouveau conduit reliant les deux organes, de manière à contourner le blocage (dérivation ou « by?pass »).

Après l’intervention, il se peut que vous éprouviez certaines douleurs ou des nausées. Ces effets secondaires sont temporaires et peuvent être atténués.

Lors de l’intervention chirurgicale, on installera peut-être une sonde d’alimentation dans votre intestin grêle afin de vous procurer les liquides et nutriments nécessaires jusqu’à ce que vous puissiez boire et manger par vous-même. Il peut s’écouler quelques jours avant que vous soyez capable de boire et de recommencer à manger des aliments mous.

Bien s’alimenter après une intervention pour un cancer de l’estomac peut s’avérer difficile; demandez à votre équipe soignante de vous diriger vers une diététiste ou nutritionniste professionnelle. Un régime alimentaire personnalisé pourra vous être prescrit pour vous aider à préserver votre santé, votre bien-être et votre qualité de vie.

 

Chimiothérapie

La chimiothérapie peut être administrée sous forme de comprimés ou par injection.

Les médicaments chimiothérapeutiques empêchent le développement et la propagation des cellules cancéreuses, mais ils endommagent aussi les cellules qui sont en santé.

La chimiothérapie peut être utilisée en association avec la radiothérapie pour traiter le cancer de l’estomac après la chirurgie. Elle peut aussi aider à soulager la douleur ou à atténuer les symptômes si la tumeur ne peut être enlevée.

Les cellules saines pourront se rétablir avec le temps, mais dans l’intervalle, le traitement provoquera peut-être chez vous certains effets secondaires tels que : éruptions cutanées ou démangeaisons, nausées, vomissements, perte d’appétit, fatigue, perte de cheveux et risque accru d’infection. Votre équipe soignante peut vous suggérer des moyens de limiter ces effets secondaires.

 

Radiothérapie

En radiothérapie externe, on utilise un gros appareil qui permet de diriger un faisceau de rayons vers l’endroit précis de la tumeur. Le rayonnement endommage toutes les cellules qui se trouvent dans la trajectoire du faisceau – les cellules normales comme les cellules cancéreuses. La radiothérapie peut être utilisée en association avec la chimiothérapie pour traiter le cancer de l’estomac après la chirurgie. Elle peut aussi aider à soulager la douleur ou à atténuer les symptômes si la tumeur ne peut être enlevée.

Les effets secondaires de la radiothérapie sont habituellement légers. Peut-être que vous vous sentirez plus fatigué qu’à l’ordinaire, aurez la diarrhée ou remarquerez que votre peau a changé d’aspect (elle peut devenir rouge ou être sensible au toucher) à l’endroit traité. De tels effets résultent des dommages subis par les cellules saines et s’estomperont habituellement une fois le traitement terminé, une fois que les cellules normales se seront régénérées.

 

Faire face au cancer?

Toutefois, quelle que soit la vôtre (cancer nouvellement diagnostiqué, traitement en cours ou rôle d’aidant auprès d’une personne atteinte de cancer), vous devrez probablement régler de nombreux problèmes pratiques, prendre des décisions difficiles et gérer toute une gamme d’émotions.